HTA de la souris

La peau humaine comme vecteur  Abonné

Publié le 17/12/2010

L’ÉQUIPE DE JP Therrien (Marbourg) a cherché à obtenir un équivalent de peau humaine permettant de délivrer du peptide auriculaire natriurétique chez la souris. Ils ont ensuite évalué son efficacité antihypertensive.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte