La cardioprotection via la vasculoprotection  Abonné

Publié le 26/05/2014

La physiopathologie de l’établissement du no-reflow et de sa cinétique reste mal comprise. Il existe une destruction endothéliale et des embolies de plaquettes et de fibrine ; l’hypoxie entraîne une expression précoce du VEGF (Vascular endothelial growth factor) qui participe aux dégâts vasculaires. Ceci aboutit à une augmentation de la perméabilité vasculaire et à la survenue d’un œdème.

Les recherches se portent aujourd’hui notamment sur la prévention de l’hyperperméabilité vasculaire, afin d’obtenir une cardioprotection via une vasculoprotection.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte