Traitement de l’ICFEp

Des médicaments sexistes et racistes ?

Par
Pr Michel Galinier -
Publié le 17/10/2019

Une fois de plus, les résultats des essais sur l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEp), dont la dernière étude PARAGON-HF avec le sacubitril-valsartan, confirment l’hétérogénéité et le caractère protéiforme des phénotypes de ce syndrome. Mais les effets varient également en fonction du sexe et de l’origine géographique des patients…

Crédit photo : Phanie

Sans revenir sur le fait que tous les traitements essayés, dont aucun n’a atteint le seuil de significativité pour le critère primaire, semblent efficaces chez les patients dont la fraction d’éjection se situe entre 55 et 40 %, c’est-à-dire présentant une altération modérée de la fonction systolique, il est remarquable d’observer sur les analyses en sous-groupes préspécifiés la différence des effets selon zones géographiques du monde et le sexe.

Un médicament dépendant de l’origine géographique ?

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)