Dans les suites d’un infarctus expérimental

Des cellules souches iPS « réparent » des cœurs de souris

- Publié le 22/07/2009
- Mis à jour le 22/07/2009

C’EST LA PREUVE du concept qui manquait que viennent d’apporter des chercheurs américains de la Mayo Clinic (Rochester). Timothy Nelson et son équipe ont pu « réparer » le cœur de souris, après un infarctus, grâce à des cellules souches pluripotentes induites (iPS). Jusqu’à présent trois autres modèles animaux avaient bénéficié de cette technologie : la maladie de Parkinson, la drépanocytose et l’hémophilie A.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?