Cœur artificiel Carmat : une évolution très encourageante, selon le Pr Alain Carpentier

Publié le 29/10/2014
1414596123558776_IMG_139925_HR.jpg

1414596123558776_IMG_139925_HR.jpg
Crédit photo : DR

Le Pr Alain Carpentier, concepteur de l’appareil, a annoncé que le deuxième patient ayant reçu un cœur artificiel Carmat a retrouvé son autonomie et peut désormais se déplacer seul et faire du vélo d’appartement.

Trois mois après l’opération réalisée au CHU de Nantes par le Pr Daniel Duveau, le patient est sorti de l’hôpital. Le Pr Alain Carpentier a lu une lettre écrite du chirurgien dans laquelle le Pr Duveau explique qu’« après une douzaine de jours en réanimation, le malade a récupéré progressivement un état très satisfaisant » et « fait régulièrement des sorties dans l’enceinte et le jardin de l’hôpital ». Le praticien estime que l’évolution de son patient est « très encourageante, rapide et spectaculaire ». Dans une seconde lettre écrite par le patient qui ne désire pas être médiatisé, le Pr Carpentier explique qu’il a écrit « ne pas regretter car maintenant (il a) retrouvé une certaine activité », qu’il a « plein de projets » et a « hâte de les réaliser ».

L’essai sur le 1er patient a été analysé

« Il ne va dans son lit que pour les seuls moments de sommeil et de relaxation », a précisé le Pr Carpentier à BFMTV. Le président de Carmat, Jean-Claude Cadudal, a, lui, expliqué : « On a mis des semaines, des mois avec les meilleurs laboratoires européens (...) pour analyser, pour comprendre ce qui s’est passé et lever un à un tous les risques » après une première opération qui n’avait malheureusement pas eu les résultats escomptés. Carmat s’est engagée dans une phase de « faisabilité » prévoyant une greffe de son cœur artificiel sur un total de quatre patients souffrant d’insuffisance cardiaque terminale. Si ces opérations sont jugées satisfaisantes, Carmat « pourra proposer aux autorités de tutelle, en France et dans d’autres pays, le protocole d’une nouvelle étude élargie à une vingtaine de patients suivis à plus long terme ; par exemple, 180 jours ».

S. M. (avec AFP)

Source : lequotidiendumedecin.fr