Chirurgie non cardiaque et risques cardiovasculaires  Abonné

Publié le 19/06/2014

La prévention des complications cardiaques péri-opératoire lors d’une chirurgie non cardiaque, qui est une préoccupation constante est à moduler au cas par cas Pour l’aspirine l’étude POISE 2 répond très clairement : chez les patients à haut risque cardiovasculaire, l’aspirine ne réduit pas le risque d’infarctus et augmente celui d’hémorragie majeure. Quant aux bêta-bloquants, ils sont indiqués chez les patients les plus à risque et non chez ceux à risque faible ou intermédiaire.

Pages 4 et 10

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte