Les biothérapies

Une nouvelle cause de pathologies respiratoires ?  Abonné

Publié le 24/03/2011

LES BIOTHERAPIES exercent des effets biologiques par interaction avec un récepteur cellulaire (signal de prolifération [G-CSF, par exemple], d’inhibition ou d’apoptose). Ce sont, soit des anticorps monoclonaux (mab), soit de petites molécules chimiques (nib), soit des récepteurs solubles (cept). Les biothérapies exercent des effets cytotoxiques, cytomodulateurs, antiagrégants, inhibiteurs des plaquettes, de l’angiogénèse ou de facteurs de croissance par interaction avec le récepteur spécifique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte