Cas clinique

Une masse épidurale en contexte hématologique

Par
Pr Philippe Orcel -
Publié le 28/01/2020

Un homme de 50 ans, avec un antécédent de leucémie aiguë myéloïde de type 4, est hospitalisé pour une dorsalgie inflammatoire. Une prolifération blastique est retrouvée au sein de la masse épidurale…

Figure 1 : IRM du rachis dorsal. Masse de T2 avec extension épidurale en hyposignal T1 (1a, 1d) rehaussée par le gadolinium (1b) et hyposignal T2 (1c, 1e).

Figure 1 : IRM du rachis dorsal. Masse de T2 avec extension épidurale en hyposignal T1 (1a, 1d) rehaussée par le gadolinium (1b) et hyposignal T2 (1c, 1e).
Crédit photo : DR

La dorsalgie inflammatoire, à l’origine de l’hospitalisation du patient, évolue depuis plusieurs semaines, avec aggravation progressive et irradiation dans les membres supérieurs. Le patient de 50 ans a pour antécédent notable une leucémie aiguë myéloïde de type 4 considérée en rémission, traitée par chimiothérapie et allogreffe de cellule souche une année auparavant, compliquée de GVH (greffon versus hôte) non sévère.

Lors de l’examen physique initial, l’attention est attirée par des réflexes tendineux vifs sans signe de Babinski ni déficit sensitivo-moteur.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)