L’optineurine, régulatrice de PLK1

Une cible potentielle dans plusieurs cancers  Abonné

Publié le 27/02/2012

DES CHERCHEURS de l’Institut Pasteur et du CNRS montrent qu’une protéine (optineurine) est capable de contrôler spécifiquement l’activité d’une enzyme (PLK1) dont le dysfonctionnement est associé au développement de certains cancers. Ce qui en fait une cible thérapeutique potentielle.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte