Cancer de la vessie avancé

Une baisse de 30 % de la mortalité avec l’immunothérapie de maintenance

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 25/06/2020

Pour la première fois un traitement de maintenance par un anti-PD-L1, l’avelumab, a apporté un gain significatif de sept mois sur la survie globale dans les cancers de la vessie avancés, inopérables ou métastatiques, ce qui devrait déboucher sur un changement des pratiques.

Crédit photo : phanie

Les cancers de vessie avancés (tumeurs inopérables ou formes métastatiques) sont traités habituellement par une chimiothérapie de première ligne à base de platine. Mais son efficacité n’est pas toujours durable et on observe pratiquement toujours une rechute de la maladie dans un délai variable. Une immunothérapie est alors prescrite en deuxième intention si la sévérité de la progression et l’atteinte de l’état général le permettent. Cette dernière n’est pas toujours possible en raison de la rapidité de la progression de la maladie.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)