La fibuline-3 dans le sang ou le liquide pleural

Un nouveau biomarqueur du mésothéliome pleural : la fibuline-3  Abonné

Publié le 11/10/2012
1350550266378358_IMG_90905_HR.jpg

1350550266378358_IMG_90905_HR.jpg
Crédit photo : Phanie

DE NOTRE CORRESPONDANTE

LE MÉSOTHÉLIOME pleural, un cancer rare lié à l’exposition à l’amiante dans 80 % des cas, est de sombre pronostic (survie moyenne d’un an) car son diagnostic n’est souvent posé que tardivement.

Ses manifestations cliniques (douleurs thoraciques, épanchement pleural et altération de l’état général) surviennent au stade avancé, l’imagerie ne détecte pas le cancer au stade précoce, et l’on ne dispose d’aucun biomarqueur sanguin qui soit suffisamment sensible et spécifique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte