Un manque de recul pour modéliser le bénéfice médico-économique  Abonné

Publié le 11/02/2016

Médecin et économiste de la santé, la Pr Isabelle Durant-Zaleski souligne le fait que la liste en sus était faite initialement « pour rembourser les traitements très coûteux qui ne sont pas indiqués pour l’ensemble des patients d’un GHM et garantir ainsi l’accès aux soins innovants ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte