Cancer de l’ovaire avec mutation des gènes BRCA

Un anti-PARP disponible en traitement d’entretien de première ligne

Publié le 18/02/2020

Suite à l’essai SOLO-1 démontrant l’efficacité de l’olaparib (Lynparza) en traitement d’entretien de première ligne dans le cancer de l’ovaire avec mutation des gènes BRCA, cet anti-PARP est actuellement disponible et prise en charge dans cette indication selon un dispositif de post-ATU de cohorte.

Crédit photo : Phanie

Sur les résultats de l’étude pivotale de phase III SOLO-1 menée chez 391 patientes (1), l’olaparib a été approuvé en juin 2019 par la commission européenne en monothérapie pour le traitement d’entretien des patientes avec un cancer de l’ovaire épithélial avancé de haut grade (stades FIGO III-IV), des trompes de Fallope ou péritonéal primitif avec mutation BRCA 1/2 en réponse (complète ou partielle) à une première ligne de chimiothérapie à base de platine.

Une réduction de 70 % du risque de progression

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)