Cancer de l’ovaire avec mutation des gènes BRCA

Un anti-PARP disponible en traitement d’entretien de première ligne

Publié le 18/02/2020

Suite à l’essai SOLO-1 démontrant l’efficacité de l’olaparib (Lynparza) en traitement d’entretien de première ligne dans le cancer de l’ovaire avec mutation des gènes BRCA, cet anti-PARP est actuellement disponible et prise en charge dans cette indication selon un dispositif de post-ATU de cohorte.

Crédit photo : Phanie

Sur les résultats de l’étude pivotale de phase III SOLO-1 menée chez 391 patientes (1), l’olaparib a été approuvé en juin 2019 par la commission européenne en monothérapie pour le traitement d’entretien des patientes avec un cancer de l’ovaire épithélial avancé de haut grade (stades FIGO III-IV), des trompes de Fallope ou péritonéal primitif avec mutation BRCA 1/2 en réponse (complète ou partielle) à une première ligne de chimiothérapie à base de platine.

Une réduction de 70 % du risque de progression

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)