Le Cancer Core Europe à l'heure du SRAS-CoV-2

Quelle stratégie adopter avec les thérapies anticancéreuses ?

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 27/04/2020

Toutes les sociétés savantes ont publié des préconisations sur la conduite à tenir vis-à-vis des patients atteints de cancer. Une des questions cruciales est celle des traitements, à la fois pour limiter la venue des patients à l’hôpital et pour éviter les effets potentiellement délétères des thérapeutiques anticancéreuses. Le Cancer Core Europe (CEE), alliance de sept grands centres européens de lutte contre le cancer dont Gustave Roussy, expose dans Nature Médecine son expérience, ses choix mais aussi ses doutes (1).

Crédit photo : Phanie

Il est actuellement difficile de savoir si les patients atteints de cancer sont plus fréquemment touchés par le COVID-19, vu le faible taux de dépistage et la surveillance accrue de ces sujets. Autre point crucial, selon certaines études le risque de formes sévères avec complications respiratoires serait quatre à cinq fois plus élevé chez les patients traités pour cancers, et ce d’autant plus qu’ils auraient été traités par chirurgie ou chimiothérapie dans les semaines voire les mois qui précèdent.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)