Plus de 50% des nouveaux anticancéreux sont mis sur le marché sans preuve forte d'efficacité, conclut une étude du « BMJ »  Abonné

Par
Publié le 06/10/2017
chimiothérapie

chimiothérapie
Crédit photo : Phanie

Plus de la moitié des anticancéreux mis sur le marché dans l'Union européenne entre 2009 et 2013 n'ont pas apporté la preuve qu'ils amélioraient la survie globale ou la qualité de vie, révèle une étude du « British Medical Journal » (BMJ).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte