Physiopathologie: multiplicité des mécanismes

Par
Pascale Solere -
Publié le 15/01/2018

Les mécanismes d'action qui médient l'impact cancérogène des facteurs chimiques tels les perturbateurs endocriniens sont de mieux en mieux connus. Et l'expérience montre qu'ils sont fort nombreux !

On a en effet pu mettre en évidence : des dommages directs sur l'ADN ; des fixations sur AhR (R Hydrocarbure Aromatiques) qui participent au métabolisme des xénobiotiques ; des modifications épigénétiques (voies PIK3 et MAPK, activation de EZH2…) et même - des fixations directes sur les récepteurs aux oestrogènes (activité agoniste ou antagoniste).

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?