Carcinome canalaire in situ

Optimiser le traitement initial

Par
Publié le 17/12/2019

Le pronostic des cancers canalaires in situ (CCIS) est globalement excellent, à condition que le traitement soit d’emblée le plus complet possible, et les essais de désescalade thérapeutique ne sont pas probants.

Crédit photo : Phanie

Les CCIS ou DCIS (Ductal Carcinoma In Situ) représentent maintenant 15 % de tous les cancers du sein. Dans 90 % des cas, ils sont détectés par le dépistage mammographique, le plus souvent par des foyers de microcalcifications, parfois par des surdensités, des zones de distorsion architecturale… etc. Le pronostic est excellent, avec 3 % de mortalité spécifique à 10 ans, le risque étant celui d'une récidive locale invasive qui peut dans 12 à 15 % des cas entraîner ultérieurement des métastases.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)