Cancer de la prostate

L’exception antillaise  Abonné

Publié le 30/05/2013

ALORS QU’AUX Antilles françaises (Martinique et Guadeloupe), on compte globalement moins de cancers que dans les autres régions de France et que la mortalité liée à ces pathologies est également moindre, « de très rares exceptions existent au rang desquelles le cancer de la prostate occupe une place significative », énonce le professeur Pascal Blanchet. D’après les données épidémiologiques, « c’est le premier cancer aux Antilles en termes de localisation et sa fréquence est deux fois plus importante que celle enregistrée dans les autres régions françaises.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte