Cancer de l’ovaire avancé

Les inhibiteurs de PARP révolutionnent le traitement

Publié le 26/11/2018
Cancer de l'ovaire

Cancer de l'ovaire
Crédit photo : Phanie

Les inhibiteurs de la poly(ADP-ribose) polymérase (PARPi) agissent au niveau de la principale voie de réparation de l’ADN. Si la voie de la PARP est déficiente, la cellule dispose pour réparer l’ADN d’une voie de secours dépendante de BRCA (voie de la recombinaison homologue). Il est donc logique que les inhibiteurs de la PARP aient été évalués initialement chez des femmes ayant un cancer de l’ovaire avec une mutation BRCA (environ 20 % des cas), le blocage et le déficit des deux voies complémentaires de réparation de l’ADN empêchant les cellules tumorales de survivre.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)