Les inhibiteurs de CDK 4/6 n’ont pas dit leur dernier mot dans les cancers métastatiques  Abonné

Par
Dr Alain Marié -
Publié le 02/12/2019

Crédit photo : Phanie

Également lors de ces Journées, la Dr Véronique Dieras (Rennes) a montré l’apport des inhibiteurs de CDK 4/6 dans la prise en charge des cancers du sein métastatiques exprimant les récepteurs hormonaux (RH+) et sans surexpression du récepteur HER2 (HER2-) : amélioration de la survie sans progression (PFS) et de la survie globale (OS) dans tous les sous-groupes. Mais l’histoire ne s’arrêtera sans doute pas là, des données récentes plaident en faveur de leur utilisation en première ligne (1).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte