Adénocarcinomes gastriques

Les biothérapies élargissent l’arsenal thérapeutique  Abonné

Publié le 12/02/2015
1423708982584393_IMG_147170_HR.jpg

1423708982584393_IMG_147170_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

« Les adénocarcinomes gastriques sont globalement sensibles à de nombreuses chimiothérapies, avec des taux de réponses de 30-50 %. Toutefois, ces réponses sont souvent de courte durée, explique le Pr Julien Taieb (HEGP, Paris). Malgré les nombreux standards nationaux existant actuellement, la pierre angulaire de la chimiothérapie est fondée sur l’association 5 FU/sel de platine (cisplatine ou oxaliplatine), seule ou avec un taxane ou une anthracycline.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte