Les arguments s'accumulent en faveur du dépistage organisé du cancer du poumon  Abonné

Par
Damien Coulomb -
Publié le 24/02/2020
Avec le scanner thoracique, les taux de faux positifs sont trop importants

Avec le scanner thoracique, les taux de faux positifs sont trop importants
Crédit photo : Phanie

Le cancer du poumon semble être un bon candidat au dépistage organisé (DO) : cancer très fréquent (23/100 000 personnes années), il est associé à une survie à cinq ans inférieure à 20 % et majoritairement diagnostiqué à un stade avancé. Les groupes à risque sont bien identifiés, avec une fraction de risque de cancer attribuable au tabac de l'ordre de 90 %. Les invitations pourraient se faire via l'envoi d'un questionnaire sur les expositions à risque (tabac, mais aussi amiante, radon). 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte