Un premier congrès international à Montpellier

Le dépistage du cancer doit être plus précoce chez les handicapés mentaux  Abonné

Publié le 10/02/2014
1392130697496230_IMG_122330_HR.jpg

1392130697496230_IMG_122330_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Si le taux de personnes atteintes d’un cancer chez les personnes handicapées mentales est la même que dans la population générale, la répartition de ces cancers n’est pas la même dans ces deux groupes de populations. « C’est une donnée que nous n’avons que depuis vingt ans. Avant les années 1990, on pensait qu’il y avait moins de cancers chez les déficients mentaux car cette maladie était mal dépistée chez cette population qui par ailleurs vieillit », précise Daniel Satge, anatomopathologiste à Montpellier.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte