Surveillance active des cancers du rein

L’agressivité de la tumeur doit être déterminée au préalable par biopsie  Abonné

Publié le 12/05/2014
1399858945520297_IMG_129063_HR.jpg

1399858945520297_IMG_129063_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Aucun critère n’est aujourd’hui clairement établi pour la surveillance active dans le cancer du rein. L’Association française d’urologie la propose pour des patients très sélectionnés. Les critères retenus sont les tumeurs inférieures à 4 cm, chez des patients âgés de plus de 75 ans, présentant des comorbidités significatives, une faible espérance de vie ou une fonction rénale altérée. La surveillance se fait par IRM, scanner ou échographie tous les semestres ou tous les ans. La progression est habituellement définie par une vitesse de doublement de la taille inférieure à un an.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte