Angiogenèse et antiangiogenèse

La nécessaire rencontre des contraires

- Mis à jour le 22/01/2009
1276101210F_600x_28519_IMG_7298_1232856177178.jpg

1276101210F_600x_28519_IMG_7298_1232856177178.jpg

C’EST EN 1971 qu’un chirurgien de Boston suggérait qu’un bon moyen d’empêcher le développement d’une tumeur était l’inhibition de l’angiogenèse. Une vision révolutionnaire qui pendant des années attira plus de sarcasmes que la recherche mais qui aujourd’hui révolutionne le traitement de nombreux cancers. Les médicaments anti-VEGF (bévacizumab) ou ciblant ses récepteurs (sunitinib, sorafénib, axitinib) élargissent rapidement leurs indications.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?