Deux études au congrès de l’ESTRO

La curiethérapie confirme ses bons résultats dans la prostate et l’endomètre  Abonné

Publié le 27/04/2015
La brachythérapie ou curithérapie mériterait d’être plus répandue.

La brachythérapie ou curithérapie mériterait d’être plus répandue.
Crédit photo : PHANIE

Efficace seule ou en association, la curiethérapie (ou « brachythérapie »), exigeante sur le plan de la maîtrise technique, mériterait d’être de pratique plus répandue. Pour preuves, deux nouveaux exemples ont été présentés à Barcelone au congrès de l’ESTRO (European Society for Radiotherapy and Oncology) : en prévention des récidives dans le cancer de la prostate (essai ASCENDE-RT1) et dans les cancers précoces de l’endomètre inopérables.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte