Chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale

La 500e à l’Institut Gustave Roussy  Abonné

Publié le 04/02/2011
1296785692224099_IMG_53354_HR.jpeg

1296785692224099_IMG_53354_HR.jpeg
Crédit photo : Institut Gustave Roussy

L’ÉQUIPE du Dr Dominique Elias (département de chirurgie générale à l’Institut Gustave-Roussy de Villejuif) vient de réaliser sa 500e chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale (CHIP).

Destinée aux patients qui présentent une dissémination métastatique au niveau du péritoine, la CHIP permet d’obtenir jusqu’à 48 % de survie globale et 22 % de survie sans récidive à cinq ans. Cela alors que la survie globale à cinq ans est quasi nulle chez les patients traités classiquement par chimiothérapie intraveineuse.

La CHIP associe en fait :

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte