25 % de répondeurs

Il faudra savoir sélectionner les patients  Abonné

Publié le 14/09/2015

Si les immune checkpoint inhibitors donnent des résultats très prometteurs, avec un profil de tolérance rassurant et des réponses prolongées, ils posent le problème de la sélection des patients.

En effet, les taux de réponse sont en moyenne de 25 % et les trois quarts des patients sont donc traités sans bénéfice, ce qui les expose à des effets secondaires inutiles, un retard à un traitement alternatif et représente un coût majeur en termes de santé publique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte