Et le curage ganglionnaire ?  Abonné

Publié le 05/02/2015

En absence d’adénopathies cervicales diagnostiquées en peropératoire, on n’a pas la preuve que le curage ganglionnaire prophylactique améliore la survie. Et en terme de récidives les données sont contradictoires. C’est pourquoi, ce curage, qui tend à augmenter le taux de complications chirurgicales-hypoparathyroïdies et paralysies récurrentielles - est remis en question. Mais au préalable, une étude randomisée paraît indispensable sous peine de s’acheminer vers une décroissance avec un faible niveau de preuve.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte