La vérité au cœur du débat

Dire ou ne pas dire la fin de vie  Abonné

Publié le 29/04/2013
1367241560429231_IMG_104199_HR.jpg

1367241560429231_IMG_104199_HR.jpg

DE NOTRE CORRESPONDANT

PARMI SEPT-CENT DIX patients atteints de cancer du poumon incurable, 69 % d’entre eux ignorent que la chimiothérapie qui leur est donnée est à visée palliative, c’est-à-dire qu’elle ne les guérira pas, selon une étude de JC Weeks et coll publiée en 2012… Le droit de savoir n’est-il pourtant pas un droit fondamental des patients en fin de vie ? D’un autre côté, en l’absence de définition précise de ce qu’est une maladie au stade terminal, en révélant un pronostic fatal à son malade, le médecin n’induit-il pas une souffrance inutile ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte