Dans les cancers rares

Des thérapies ciblées s'ouvrent à l'enfant  Abonné

Par
Karelle Goutorbe -
Publié le 30/12/2019

Deux inhibiteurs des récepteurs TRK, approuvés aux États-Unis, sont accessibles en France via essai clinique ou autorisation temporaire d'utilisation (ATU) de cohorte. L’un d’eux, le larotrectinib, a été récemment homologué en Europe dans les cancers avec fusion NTRK, adultes ou pédiatriques, quelle que soit la localisation tumorale.

Crédit photo : Phanie

Alors qu’il existait jusqu’à présent peu d’alternatives thérapeutiques dans les cancers rares avec fusion NTRK (Neurotrophic Tyrosine Receptor Kinase), deux inhibiteurs des récepteurs TRK (Tropomyosin Receptor Kinase), le larotrectinib (Vitrakvi) et l’entrectinib (Rozlytrek), ont montré un bénéfice important, y compris chez les enfants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte