Médulloblastomes de mauvais pronostic

Des perspectives thérapeutiques grâce à l'identification de gènes spécifiques activés

Par
Pascale Solere -
Publié le 13/09/2019

De mauvais pronostic, les médulloblastomes du groupe 3, qui représentent 20 à 30% de ces tumeurs rares du cervelet, étaient jusqu'ici assez mal connus. Cependant, une équipe de l'Institut Curie dirigée par Celio Pouponnot a pu mettre en évidence, en partant des analyses du génome, plusieurs spécificités qui ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques...

Crédit photo : Phanie

"Dans l'équipe, nous travaillons depuis plusieurs années sur une famille de protéines - MAF - impliquées dans la cancérogénèse. Au cours de ce travail, nous nous sommes aperçus qu'une protéine de cette famille - NRL - était fortement exprimée dans les médulloblastomes de groupe 3 (1). Ce résultat a attiré notre attention. En effet, la protéine NRL n'est classiquement exprimée quasi que dans la rétine où elle est impliquée dans la transmission du signal lumineux.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)