Un virus accusé dans le cancer de la prostate

Des antirétroviraux inhibent le XMRV  Abonné

Publié le 17/12/2010
1292552170212619_IMG_50518_HR.jpg

1292552170212619_IMG_50518_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

SELON UN TRAVAIL mené par des chercheurs de l’Université de l’Utah, le raltégravir et trois autres antirétroviraux utilisés dans l’infection à VIH inhibent efficacement in vitro la réplication de XMRV, un rétrovirus potentiellement responsable de cancer de la prostate et du syndrome de fatigue chronique. Si cette hypothèse venait à se confirmer, une association d’antirétroviraux pourrait ainsi être bénéfique dans les deux affections.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte