Cancer : l’INCa s’attaque aux idées reçues

Par
Elsa Bellanger -
Publié le 05/03/2019
inca

inca
Crédit photo : Capture d'image spot "Alcool et cancers" INCa

Des « actions simples » peuvent « prévenir 40 % des cancers », martèle l’Institut national du cancer (INCa). « Chacun d’entre nous peut agir sur son risque de cancer grâce à des changements de comportements et habitudes de vie. » L’institution lance une campagne d’information pour « combattre les idées reçues » sur le cancer, alors que 33 % des Français pensent que l’on « ne peut rien faire pour éviter un cancer ».

Tout au long du mois de mars, 3 films de 20 secondes seront ainsi proposés au grand public : « Nous ne sommes pas impuissants face aux cancers » fera l’objet d’une diffusion à la télévision, tandis que « Tabac et cancers » et « Alcool et cancers » seront disponibles en ligne via une campagne sur les réseaux sociaux. L’objectif ? Permettre à chacun de mieux appréhender les risques et d’identifier les pistes pour se préserver de la maladie.

Le tabac, l'alcool et l'alimentation dans le viseur

Parmi les idées reçues que l’INCa entend combattre, 61,7 % des personnes interrogées lors du baromètre cancer de 2015 pensent que le cancer est héréditaire (+ 10 % par rapport à 2010), alors que moins de 10 % des cancers sont liés à la transmission d’une mutation génétique. Le tabac, responsable de plus de 68 000 nouveaux cas de cancers et de 45 000 décès chez les adultes âgés de plus de 30 ans, est aussi l’objet d’une mauvaise perception. Selon le même baromètre, 33,7 % adhèrent à l’idée que « fumer ne peut provoquer un cancer que si l’on fume beaucoup et longtemps » et 70 % que « le sport permet de se nettoyer les poumons » ou que « respirer l’air des villes est aussi mauvais pour la santé que de fumer des cigarettes ».

Deuxième facteur de risque évitable, l’alcool, responsable de 28 000 nouveaux cas et de 16 000 décès, bénéficie d’une connaissance insuffisante voire erronée. 84,9 % des personnes interrogées considèrent que « les accidents de la route et la violence » sont « le principal risque avec l’alcool ». Enfin, concernant l’alimentation, 33,5 % pensent que la viande rouge n’a pas d’influence sur le risque de cancer, alors que sa consommation est classée comme probablement cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer.


Source : lequotidiendumedecin.fr