Cancer du poumon : combiner deux inhibiteurs de check-points en première intention

Par
Dr Véronique Nguyen -
Publié le 07/10/2019

Crédit photo : Phanie

Un traitement de première intention par deux inhibiteurs de point de contrôle immunitaire, le nivolumab (anti-PD1) et l’ipilimumab (anti-CTLA-4), améliore la survie globale par rapport à la chimiothérapie dans un sous-groupe de patients ayant un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) au stade avancé (1).

Éviter la chimiothérapie

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Déjà inscrit ?