Imagerie des carcinoses

Aucune technique n’est optimale  Abonné

Publié le 29/09/2014
1412865929547795_IMG_136803_HR.jpg

1412865929547795_IMG_136803_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

La TEP au 18 Fluoro-Déoxy-Glucose (FDG) couplée au scanner et à l’IRM avec séquences de diffusion, permettant une exploration morphologique et fonctionnelle, est actuellement volontiers mise en avant. Le scanner reste cependant la technique de référence grâce à son excellente résolution spatiale. Sa sensibilité globale pour prédire si un patient présente une carcinose péritonéale est bonne, autour de 90%, mais elle est inférieure à 25 %, pour détecter les lésions de moins de 1 cm.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte