Une première vie sauvée par la Naloxone injectable

Par
Damien Coulomb -
Publié le 16/10/2019

Crédit photo : AFP

À chaque fois qu'un kit de naloxone injectable est utilisé en France, le laboratoire Éthypharm doit recevoir une fiche de recueil de données fournissant des informations sur le contexte de l'utilisation de cet antidote au surdosage de morphine. Au début du mois d'octobre, l'une de ces fiches a indiqué que, pour la première fois, un décès par overdose aux opiacés a été évité par l'utilisation de ce kit. S'il y a déjà eu plusieurs cas de renouvellement de kit suite à une utilisation par l'usager, mais c'est la première fois qu'un kit de naloxone injectable évite une intoxication aiguë aux morphiniques.

Le kit a été utilisé par un usager de drogues injectables, pour lequel un CAARUD à Bordeaux avait délivré un kit Prenoxad. « L'injection a été faite par un autre usager présent sur les lieux, et qui s'est enfui après avoir appelé les secours », précise au « Quotidien » Thierry Kin, directeur médical du laboratoire Éthypharm.

Mis sur le marché le 3 juin 2019, Prenoxad est le premier kit d'auto-administration de la naloxone disponible en pharmacie d'officine. Le spray nasal Nasclue, distribué par Indivior, n'est en effet disponible qu'en pharmacie à usage intérieur (PUI) ou dans des services ou centres spécialisés en addictologie, faute d'un accord sur le prix entre le laboratoire et le comité économique des produits de santé. Indivior a annoncé sa volonté d'arrêter la production et de stopper la vente de son dispositif en décembre 2020, date de péremption des kits disponibles.

1 250 kits en 4 mois

À ce jour, 1 250 kits de Prenoxad ont été distribués, dont 400 kits auprès de 175 pharmaciens d'officine, selon les derniers chiffres communiqués au « Quotidien » par le laboratoire. Six départements concentrent à eux seuls plus d'un tiers des kits distribués : le Rhône, l'Isère, la Loire-Atlantique, la Haute-Garonne, le Puy-de-Dôme et le Calvados. Les 850 autres kits ont été commandés par 38 CSAPA ou CAARUD.

À titre de comparaison, les dernières données de la base de données CépiDc de l'inserm, il y a eu en 2015 910 surdoses mortelles par usage de stupéfiants et médicaments opiacés en France.

« La tendance, ces jours derniers, est une forte demande d'hôpitaux qui veulent référencer le kit Prenoxad, dans le cadre de la note aux ARS qui incite, sinon oblige, les pharmaciens d'hôpitaux à inscrire au moins 1 des 2 kits naloxone au livret thérapeutique », précise Thierry Kin.

Prenoxad est distribué en direct aux pharmacies d'officine. Le recours à un grossiste, compte tenu de la faiblesse des volumes de vente et du matériel pédagogique qui doit être livré avec les kits.


Source : lequotidiendumedecin.fr