Prescription d’héroïne médicinale

Un recours pour les usagers réfractaires au traitement substitutif  Abonné

Publié le 25/04/2012
1335316869344718_IMG_82849_HR.jpg

1335316869344718_IMG_82849_HR.jpg
Crédit photo : BSIP

INTRODUIT pour la première fois en Suisse en milieu des années 1990, le traitement par injections d’héroïne sous supervision médicale a, tout comme les salles de consommation à moindres risques, déjà fait couler beaucoup d’encre où une vive opposition idéologique perdure à son sujet. « Le nouveau traitement à l’héroïne a suscité à la fois un vif intérêt, des polémiques et bien souvent une certaine confusion », constate Wolfgang Götz, directeur de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte