Un documentaire alerte sur le dopage étudiant

Publié le 06/03/2017
- Mis à jour le 06/03/2017
dopage

dopage
Crédit photo : S. Toubon

Diffusé le 6 mars à 21 heures, « Étudiants, tous dopés ? » est le premier épisode de la nouvelle émission « Sous le radar » de Planète + Crime Investigation. Le documentaire porte sur l’usage de produits dopants par les étudiants sous pression, avec en première ligne les étudiants de médecine.

Dans le meilleur des cas, les produits utilisés n’ont pas d’efficacité démontrée, dans le pire, des médicaments sont détournés de leur usage pour augmenter la concentration, diminuer les besoins en sommeil… le piracétam, un traitement contre les pertes de mémoire ou les pertes d'équilibre, le donépézil, un anti-Alzheimer, le méthylphénidate (Ritaline), utilisée normalement dans le cadre de l’hyperactivité, puis plus récemment le modafinil, un traitement de la narcolepsie.

De même qu’un titre « Politiques, tous pourris ? », un « Étudiants, tous dopés ? » sous-entend une pratique courante, voire majoritaire. L’émission, malgré ses effets dramatiques, ne parvient pas à rendre compte de l'importance du problème - les vidéos Youtube de testeurs de produits viennent des États-Unis, les journalistes ne recueillent que peu de témoignages ou même d’ouï-dire concernant la consommation des étudiants, que ce soit dans les universités ou sur les réseaux sociaux.

Achat sur Internet

Le documentaire permet en revanche d’alerter sur la facilité de se procurer ce genre de produits. Achats sur des sites américains pour le piracétam, auprès d’amis hyperactifs pour la Ritaline, sur le deepweb pour le donépézil, ou sites de revente indiens pour le modafinil… à partir de simples liens internet sous des vidéos, ou conseils obtenus sur les réseaux sociaux, les journalistes ont commandé différents produits et les ont obtenus aisément.

Il est aussi intéressant de voir que ni le ministère de la Santé, ni celui de l’éducation nationale n'ont jusqu'à aujourd'hui identifié de risque pour les étudiants, il n’existe donc pas de grande étude concernant ces pratiques. Une enquête nationale sur le sujet, portant sur 3 000 étudiants, a été lancée en septembre 2016 par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA). Une campagne de prévention est prévue en 2019, après les résultats de l’étude.

Camille Van Belle

Source : lequotidiendumedecin.fr