Sida et anonymat

- Publié le 11/03/2009
- Mis à jour le 11/03/2009

L’unanimité de l’Assemblée s’est faite sur un amendement de plusieurs députés UMP qui stipule que, lors des consultations de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) du sida et des hépatites, « en cas de nécessité thérapeutique et dans l’intérêt du patient, le médecin peut procéder à la levée de l’anonymat sous réserve du consentement de la personne intéressée ».

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?