Un nouveau danger du tabagisme passif

Risque majoré de déficits cognitifs

- Mis à jour le 15/02/2009

POUR RESTER VIF d’esprit le plus longtemps possible, mieux vaut arrêter de fumer. Jusqu’ici, rien de nouveau, n’en déplaise aux intellectuels fumeurs invétérés. Mais pour la santé des neurones, il est bon de renoncer également aux salons enfumés et à ses discussions animées, selon une étude anglaise. Les non-fumeurs exposés à la fumée d’autrui seraient plus à risque de troubles cognitifs selon une relation dose-dépendante, qu’ils soient non ou ex-fumeurs.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?