Une forme plus active de la maladie

Lupus cutané et tabagisme font mauvais ménage  Abonné

Publié le 29/03/2012
1332984092334527_IMG_80192_HR.jpg

1332984092334527_IMG_80192_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

UNE COHORTE de patients présentant un lupus érythémateux cutané montre que ceux qui fument ont une forme plus grave, une qualité de vie moins bonne et des réponses moins performantes aux antimalariens et aux immunomodulateurs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte