Des cas graves d'atteintes neurologiques centrales ou périphériques

Les Hauts-de-France se mobilisent contre l'usage détourné du protoxyde d'azote  Abonné

Par
Géraldine Langlois -
Publié le 12/12/2019
En première ligne dans la consommation détournée du protoxyde d'azote, les Hauts-de-France voient se développer plusieurs initiatives pour lutter contre cette pratique. Mobilisée, l'Agence régionale de santé (ARS) informe les professionnels de santé et s'apprête à financer les plans d'action de collectivités.
Un gaz « hilarant », utilisé depuis longtemps en médecine

Un gaz « hilarant », utilisé depuis longtemps en médecine
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

L'ARS des Hauts-de-France vient de décider de mobiliser 200 000 € dans la lutte contre l'usage détourné de protoxyde d'azote.

La consommation à des fins récréatives de ce gaz « hilarant », utilisé depuis longtemps en médecine pour ses propriétés anesthésiantes et analgésiantes mais aussi pour faire fonctionner les siphons à chantilly, a débuté il y a plusieurs années dans la métropole lilloise avant de s'étendre peu à peu. Elle touche à présent plusieurs régions françaises, les jeunes étant les plus concernés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte