Alcoolisme

Les déterminants de la prescription  Abonné

Publié le 05/12/2013
1389028797477731_IMG_117078_HR.jpg

1389028797477731_IMG_117078_HR.jpg
Crédit photo : Phanie

LE TRAITEMENT pharmacologique du sevrage d’alcool devrait être réservé aux patients qui sont susceptibles de manifester un syndrome de sevrage cliniquement significatif (environ la moitié des patients dépendants). Il est fondé sur les benzodiazépines, de préférence à demi-vie longue, type diazépam (Valium), pendant une période limitée à quelques jours, à doses dégressives. La posologie doit être adaptée à la symptomatologie. À titre indicatif, une dose d’attaque de 30 à 60 mg/j de diazépam convient le plus souvent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte