Intervention brève : c’est le patient qui décide  Abonné

Publié le 30/10/2014

« Même si le contenu d’une intervention brève peut paraître de bon sens, il s’agit en fait de quelque chose de très codifié, explique Catherine Laporte. C’est le patient qui décide de tout. On lui donne des conseils sur la modération de sa consommation mais c’est lui qui choisit son planning et qui contrôle son évolution ». Lorsque les généralistes de l’essai Canabic sont passés entre ses mains et celles de ses collaborateurs à l’occasion de leur journée de formation, on leur a confié plusieurs principes directeurs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte