Comment ça marche ?  Abonné

Publié le 24/04/2012

Encadré vers le haut

La neurostimulation fait suite à la théorie du gate control de 1965 d’après Melzack et Wall. Ils émettent l’hypothèse qu’une stimulation et donc l’activation des fibres nerveuses afférentes myélinisées de gros calibre A alpha et A beta entraînerait directement, ou via un interneurone, la diminution de l’influx douloureux médié par les fibres A delta et C de petit calibre. Ainsi, Shealy en 1967 fut le premier à proposer une stimulation cordonale postérieure pour une douleur réfractaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte