Aux États-Unis, quatre géants pharmaceutiques évitent un procès sur les opiacés

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 22/10/2019

Crédit photo : AFP

Quatre sociétés pharmaceutiques ont trouvé in extremis un accord à l'amiable qui leur permet d'éviter un procès fédéral dans la crise des opiacés aux États-Unis, en attendant un accord plus large qui pourrait se chiffrer en dizaines de milliards de dollars.

Le procès, qui devait s'ouvrir le matin même, aurait été le premier procès fédéral à examiner les responsabilités de l'industrie pharmaceutique dans cette crise de santé publique qui a fait plus de 400 000 morts par overdose depuis 20 ans, selon les centres américains de prévention des maladies (CDC).

Trois distributeurs et un laboratoire

Cet accord, confirmé par les avocats des centaines de collectivités locales parties prenantes, implique d'un côté trois grands distributeurs (Cardinal Health, McKesson et Americansource Bergen) ainsi que le laboratoire israélien Teva et de l'autre deux comtés de l'Ohio. Face à ces derniers, il ne reste qu'un seul accusé, la chaîne de pharmacies Walgreens, dont le procès a été reporté.

Le versement, qui se fera sous forme de cash et de médicaments utilisés dans le traitement des dépendances, est chiffré à 215 millions de dollars pour les grands distributeurs et à 45 millions pour le laboratoire, selon le « Wall Street Journal ».

Un accord global en préparation

« L'accord proposé permettra des progrès importants pour endiguer la crise, en apportant des ressources aux programmes de traitement des dépendances aux opiacés » des deux comtés, ont déclaré les avocats des territoires concernés.

Un seul procès a lieu pour l'instant, dans l'État de l'Oklahoma, avec Johnson & Johnson, seul au banc des accusés. Le géant du New Jersey a été condamné en août à 570 millions de dollars de dommages et intérêts pour compenser les conséquences de la crise dans l'État du Sud-Central.

Il reste qu'un accord plus large doit être trouvé pour solder les 2 700 plaintes de collectivités locales et de la quasi-totalité des États américains. Il pourrait se chiffrer en dizaine de milliards de dollars. Des négociations impliquant les trois grands distributeurs et les laboratoires Johnson & Johnson et Teva sont en cours. Ce serait le plus important accord négocié depuis celui avec les grands cigarettiers américains en 1998, qui avaient accepté de payer plus de 200 milliards de dollars pour avoir minimisé pendant des décennies les dangers du tabac.

Avec AFP


Source : lequotidiendumedecin.fr