Alcool et grossesse : la recherche doit se pencher sur les effets d'une faible consommation

Par Coline Garré
Publié le 13/09/2017
- Mis à jour le 13/09/2017
enceinte alcool

enceinte alcool
Crédit photo : PHANIE

Les données scientifiques actuelles sont insuffisantes pour tirer des conclusions robustes sur les effets pour l'enfant à naître d'une consommation faible à modérée d'alcool pendant la grossesse (inférieure ou égale à 32 grammes d'alcool pur par semaine, soit trois à quatre verres de vin), conclut un article britannique, paru ce 12 septembre dans le « BMJ Open ». Il s'agit d'une méta-analyse incluant 24 cohortes et deux études quasi expérimentales réalisée par des chercheurs (majoritairement des épidémiologistes) de Bristol.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?