Aides pharmacologiques au sevrage  Abonné

Publié le 05/03/2012

Trois molécules ont aujourd’hui l’AMM en France dans diverses indications autour de la lutte contre l’alcoolo-dépendance : le disulfirame (Esperal, Sanofi-Aventis), qui agit sur la base d’un principe de dissuasion et dont l’effet thérapeutique est plus cognitif que pharmacologique. Il est difficilement évalué en aveugle (de fait rompu dès le premier verre), et les études en ouvert font état d’une efficacité avec un odd ratio de 2,5 à 3.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte