Révolutions médicales - Les réponses à vos questions - La mémoire et ses secrets - Les réponses du Pr Croisile
Interview

Révolutions médicales - Les réponses à vos questionsLa mémoire et ses secrets - Les réponses du Pr Croisile

10.05.2016
  • Révolutions médicales - Les réponses à vos questions - La mémoire et ses secrets -  Les réponses du Pr Croisile-1

Les questions des internautes du Quotidien du Médecin :

J'ai lu que l'on était récemment parvenu à réactiver la mémoire d'un modèle murin de la maladie d'Alzheimer à l'aide de la lumière. Quels sont les espoirs ouverts par cette piste de recherche ?

Réponse du Pr Croisile : À mon avis aucun...
 

Cher confrère, la mémoire de l’homme peut-elle être saturée ? 

À priori non, en tout cas pour l'instant nous n'avons aucune situation d'une personne saine dont la mémoire serait saturée. La définition du terme saturée serait d'ailleurs à préciser : la mémoire épisodique d'un amnésique serait "bloquée" mais non "saturée". Quant à une personne saine, comment concevoir le principe même de saturation ? tant qu'il y a des neurones, on peut créer des connexions... Attendons d'avoir dépassé 150 ans de vie pour savoir ce qu'il en serait dans ce cas-là...
 

Quid des anticancéreux dans Alzheimer (je me souviens d'une polémique dans « Science » à propos du bexarotène) ?

Après beaucoup de bruit, 4 articles "négatifs" ont démontré l'année suivante qu'il s'agissait d'une annonce prématurée, d'un faux espoir, voir d'une impossibilité scientifique tant l'amélioration était anormalement rapide et spectaculaire...
 

Que dire à nos patients génétiquement exposés et qu'inquiète beaucoup la perspective d'Alzheimer ? Quelles sont les possibilités d'analyse préclinique de la maladie ?

Je ne comprends pas le concept de "patients génétiquement exposés"...
 

Quelles conclusions tirer des travaux publiés l'automne dernier dans « Nature » sur la possible transmission interhumaine de la maladie d'Alzheimer ?

Deux études, l'une en 2015 et l'autre en 2016, ont montré que des patients ayant eu des injections d'Hormone de croissance humaine ou une greffe de dure-mère de cadavre présentaient à leur décès des plaques amyloïdes. Ces patients ne sont toutefois pas décédées d'une maladie d'Alzheimer mais d'une maladie de Creutzfeldt-Jakob. Le risque de contagion mortelle est donc plus celui du CJ que de la MA.
La question qu'on peut se poser est que seraient devenus les patients 20 ans plus tard s'ils n'étaient pas décédés d'un CJ ? Auraient-ils développés une MA ? 
S'il y a transmission des plaques amyloïdes c'est lors de procédures chirurgicales, et non par transmission "banale". Enfin, il faut savoir qu'à 74 ans, 50% des personnes saines ont des plaques amyloïdes dans leur cerveau.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... 2

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... 9

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter